Manga, par Megu

Qui es-tu ?
Je suis Megu, grande passionnée de culture japonaise. Il m’arrive de dessiner lorsque je ne cuisine pas de ramen au restaurant où je travaille. (Aoyama, Lille).

Dans tes livres d’en haut, on trouve quels titres ?
« Le Gourmet solitaire », et « Les rêveries d’un Gourmet solitaire » de Taniguchi Jirô. Je prends beaucoup de plaisir à suivre les aventures culinaires du protagoniste. Sensible à la gastronomie japonaise, ces titres étaient évidemment faits pour moi !

Quel est ton dernier coup de cœur de lecture ?
« Le Passage de la nuit » de Murakami Haruki. J’aime la manière dont l’auteur nous emporte dans son univers. Et quand on commence la lecture au soir, c’est encore mieux !

Ton bazaar, il ressemble à quoi ?
Mon bazaar est concentré dans mon bureau où on y trouve mon ordinateur, ma table à dessin et tout mon matériel, des bibliothèques remplies de magazines de mode japonaise, des souvenirs de mes voyages au Japon, des peluches Pokémon et même un petit coin dédié à ma pratique ésotérique. Il est toujours en désordre, mais c’est comme ça que je l’aime.

Le livre qui a changé ta vie ?
« Card Captor Sakura » du studio Clamp. C’est grâce à cette série qu’est née ma passion du Japon, et les valeurs qu’elle véhicule ont également forgé une partie de ma personnalité.

Ton héros préféré ?
J’ai été à de très nombreuses reprises davantage attirée par la personnalité de personnages secondaires. Néanmoins j’ai toujours eu une certaine affection pour Batman qui, pour moi, a beaucoup de profondeur.

Le livre qui te fait rire ?
« Les vacances de Jésus et Bouddha » de Nakamura Hikaru. J’ai éclaté de rire à chaque tome ! Certaines situations sont hilarantes, et il y a tant de références qui viennent accentuer l’aspect comique de la série.

Ton livre « plaisir coupable » ?
« L’anthologie du Franponais deluxe » de Florent Gorges, ou « Le Franponais nouveau » d’Omaké Books. Ce sont des recueils de franponais : des mots ou phrases issus de la langue française, mais mis à la sauce japonaise sur des T-shirts, des cosmétiques ou même des enseignes. Nous sommes très loin de la grande littérature, mais ces livres me donnent toujours le sourire !

Bière, vin ou eau gazeuse ?
Il n’y a rien de meilleur qu’une Kirin pression à Tokyo! Kanpai !